Séance publique du 15 février 2019

Cette séance a démarré par un hommage à l’ancien Conseiller Départemental, Gabriel Montcharmont. Sheila est intervenu pour notre groupe :

Chers collègues,

Parfois on est amenés à rendre hommage à quelqu’un que l’on ne connaissait pas. Cela a déjà été le cas pour moi au cours de ce mandat.

Aujourd’hui, on me demande de vous parler de Gabriel André Montcharmont – Gaby pour ses amis, ses camarades, dont j’ai fait partie pendant quelques années.

Né à Autun le 7 avril 1940, il quitte sa Saône et Loire natale pour descendre le fleuve Rhône et s’installer à Condrieu.  Professeur, il enseigne au lycée de St Romain en Gal.

Pendant sa vie d’élu, Gaby a participé à pratiquement tous les échelons du millefeuille administratif :

Elu conseiller municipal en 1977 à Condrieu, il en devient Maire en mars 1983, et le restera jusqu’en mars 2008, avant que Thérèse Corompt, son adjointe, ne lui succède.

C’est le Président fondateur de la Communauté de Communes du canton de Condrieu, qui a remplacé le SIVM du canton en janvier 1995. Il a fallu trois années de travail pour mettre en place la communauté de communes. Il en disait « il y avait beaucoup de préventions à vaincre, car le canton ne présente pas d’unité géographique. »

Il est Secrétaire de l’Association des maires du Rhône sous la présidence de Jean-Jacques Pignard.

Il siège ici au Département pendant 20 ans en tant que Conseiller Général du canton de Condrieu, de 1988 à 2008. C’est le seul élu socialiste représentant la zone rurale au cours des 20 années de mandat. Il travaille beaucoup en faveur de l’aménagement du territoire, avec l’aide aux communes dont il est un défenseur très actif.

Les autres fonctions et rôles qu’il occupe ici concernent très souvent le maintien de la qualité de la vie et des services publics : au sein de la Commission départementale de la présence postale territoriale, par exemple, ou bien du Conseil d’administration du SDIS. Il voit dans le câble un outil formidable pour les entreprises et commerces en milieu rural.

Il soutient et défend également le musée de Saint-Romain-en-Gal. Imaginons notre territoire sans son seul musée aujourd’hui…

Bernard Catelon, son adjoint, lui succède lors du mandat précédent.

Il est également Conseiller Régional de 1986 à 1988, date à laquelle il est élu Député de la 11e circonscription du Rhône, mandat qu’il occupe de juin 1988 en avril 1993, et à nouveau de juin 1997 en juin 2002.  Lors du deuxième mandat parlementaire, il fait partie de la Commission des Affaires économiques – ce qui s’appelait la Commission de la production et des échanges à l’époque, mettant à profit son expertise en matière d’agriculture, de développement économique et de services publics. Il devient rapporteur du budget des postes et télécommunications.

Gaby était l’initiateur du débat public sur le COL et l’A45, et l’argumentaire qu’il avait mis en avant, qui a trouvé écho dans les différentes associations, a sûrement contribué à la décision récente d’abandonner le projet d’autoroute.

Il n’a pas abandonné la politique à la fin de ses mandats. Il s’est exprimé à l’écrit sur de nombreux sujets d’actualité, et regrettait énormément la métropolisation, considérant que notre Département en serait le laisser pour compte.

Ayant  fondé la section socialiste à Condrieu au début de sa carrière politique il en est redevenu Secrétaire à la fin.

C’est d’ailleurs au Parti Socialiste que nous nous sommes rencontrés, notamment au sein de la motion que nous soutenions tous les deux à l’époque. Au vu de nos territoires respectifs, on se voyait peu souvent, mais toujours avec plaisir.

A part nos sensibilités politiques, nous avions un autre point en commun, chacun étant  issu d’une famille minière. Je me souviens d’une conversation vers 2003, au cours de laquelle on avait échangé sur l’époque désastreuse qu’ont été les années Thatcher pour les communautés minières au Royaume-Uni.  J’ai été frappée par ce qu’il en savait, pratiquement 20 ans après, et bien au-delà des raccourcis qui en ont pu être faits dans une certaine presse britannique et étrangère pendant les grèves.

Cette culture, cette capacité à situer un débat dans son contexte, à poser un argument sans excès, caractérisaient ses interventions dans les débats parfois animés au sein du PS.

J’en garde le souvenir d’un homme sérieux mais souriant, combatif mais humaniste, militant mais bienveillant.

Il disait : « une vie consacrée seulement à soi et à sa famille est pauvre vie ».  La sienne aura donc été bien riche.

Il nous a quittés, trop tôt, le 15 janvier 2019.  Au nom de tous ici, je transmets des condoléances sincères à sa famille et ses proches.

Daniel Pomeret est également intervenu en hommage à un autre ancien Conseiller Département, Bernard Roger-Dalbert, dont nous avons appris la disparition la veille de la séance.

Nous avons respecté une minute de silence à leur mémoire.

La séance de février est dominée par le Débat d’Orientation Budgétaire, qui a appelé les remarques suivantes de notre part :

Chers collègues, comme à l’accoutumée Christiane Agarrat nous a fait une présentation très claire et complète, merci.

Nous n’avons donc pas de commentaire particulier sur le rapport en tant que tel.

Bien évidemment aujourd’hui nous ne sommes aujourd’hui entre guillemets QUE dans les orientations, et non pas le budget détaillé, mais nous pouvons saluer déjà vos efforts de maîtrise de la dette, et on sent une vraie maîtrise budgétaire, comptablement parlant.

Mais le sous-texte d’un certain nombre d’éléments de l’annexe nous pose question.

Avec l’esprit constructif qui nous anime, nous tenons à vous les indiquer et vous invitons à les prendre en considération.

Ils concernent notamment la voirie et l’agriculture.

Pour la voirie, nous ne contestons pas l’utilité de certains projets qui font partie du tableau d’investissements mais nous ne pouvons pas passer sous silence un grand absent des engagements en cours ou nouveaux.

Certains projets de la liste permettraient de raccourcir de quelques minutes seulement des trajets pour un nombre de véhicules bien inférieur à ceux qui seraient impactés par un projet dont la nécessité pour le développement et la qualité de vie de notre canton est reconnue par tout le monde, à savoir la déviation, ou le contournement, de l’Arbresle et Sain-Bel.

En début de mandat monsieur le Président vous avez dit que le Département ne pouvait pas porter seul ce projet. Vous avez été entendu par les deux communautés de communes du canton, qui s’engagent à participer au tour de table, et qui sont à la recherche d’autres partenaires.

Le monde économique, les transporteurs sont prêts a monter au créneau et c’est tous ensemble qu’il faut aller chercher l’aide de l’Etat,

au lieu, si nous pouvons nous permettre, de s’appuyer sans l’avis de cette Assemblée sur un courrier du Préfet pour informer des riverains que le projet de contournement était définitivement abandonné.

Pour rappel le Préfet parlait de la faisabilité du tracé d’Eveux, et non de l’utilité du projet en tant que tel.

Le Député Verchère, VP régional, nous a indiqué que la Région est également prête par le biais de la CPER à financer des études ET également plus tard à participer à l’investissement.

Il nous paraît inconcevable que le Département soit le seul absent.

Les communautés de communes provisionnent des enveloppes. Nous vous demandons de faire de même dans l’attente de trouver des solutions pour boucler le financement de cette arlésienne.

Ne pas permettre au projet d’aboutir bloquerait l’argent communautaire, ce serait donc infliger une double peine au territoire.

Sur l’agriculture, nous vous demandons de prendre en compte une remarque que nous vous avons déjà faite. C’est à dire que l’on ne sent pas une vraie volonté d’aider l’agriculture biologique. Vous m’avez répondu à l’époque que vous l’aidiez de la même manière que l’agriculture dites traditionnelle au travers du financement de la chambre d’agriculture. Le département aide aussi de nombreux projets agricoles au cours de l’année. Vous semblez sensible à la transition vers l’agriculture bio ou sans OGM lorsque vous visitez des exploitations agricoles. Certainement aussi dans votre assiette.

Nous vous suggérons une autre politique : une qui encouragerait et aiderait principalement les exploitations à fournir des produits irréprochables quant aux effets sur notre santé.

C’est tout pour l’instant M. le Président, nous regarderons avec attention la traduction concrète de vos orientations dans le budget que vous présenterez à la prochaine séance.

En réponse sur la déviation, le Président a regretté, et on ne peut qu’être d’accord, que le projet n’ait pas pu aboutir par le passé alors que les contraintes n’étaient pas les mêmes. Il dit que le Département ne s’en désintéresse pas. Renaud Pfeiffer, VP aux finances, a laissé sous-entendre que le tableau d’investissements pluriannuels serait réétudiés au printemps (suite donc au prochain épisode, fin mars).

Sur le partenariat territorial 2019, le grand changement concerne la hauteur d’accompagnement du Département, qui ne sera pas supérieur à la contribution de la commune. Au vu des baisses des dotations de l’Etat aux communes, et les marges de manoeuvre encore plus étroites de celles-ci pour dégager de l’autofinancement, nous regrettons cette nouvelle mesure qui risque de mettre en péril certains projets, notamment ceux des petites communes.  Très clairement, l’année dernière, une commune pouvait envisager d’engager 20% du montant du projet. Le Département pouvait en financer 50%, et les autres partenaires les 30% restants. Cette année, sur un projet similaire, le Département n’ira pas au-delà des 20% de la commune, ce qui donne 60% à trouver ailleurs… ou alors, il faut que la commune s’endette dans l’espoir d’un accompagnement départemental plus élevé (mais toujours aléatoire en fonction du nombre et de l’envergure des autres projets présentés la même année sur le même canton.

Nous  nous sommes abstenus sur le rapport concernant les représentations du Département, du fait de la nomination d’un membre du cabinet du Président au conseil d’administration de l’OPAC, au lieu du successeur d’un agent qui part à la retraite.

Richard est intervenu sur l’égalité femmes/hommes en 2018 :

En préambule à nos commentaires, je souhaite féliciter les élues du conseil départemental qui ont fait partie du relais des 13 km du Beaujolais. La parité n’y a pas été respectée puisque vous étiez 7, mesdames, pour seulement 3 hommes !

Madame Christiane Agarra, merci pour ce bilan annuel qui nous rappelle qu’il faut lutter pour que la moitié de la population soit traitée de la même manière que l’autre.

Vous rappelez que le 8 mars est la journée des droits de la femme. Une vrai journée au cours de laquelle chacun, homme ou femme, est amené à réfléchir sur les phénomènes sociétaux, sur les aspects culturels concernant les rôles que nous jouons dans notre société et par là même sur nos propres comportements. On peut bien sûr analyser aussi la prégnance des idéologies religieuses, des modèles familiaux traditionnels qui se transmettent de génération en génération mais aussi des attitudes générées ou entretenues par tel ou tel milieu professionnel.

Nous constatons que le département œuvre pour plus d’égalité dans ses murs. C’est le lieu idéal par sa taille, par le nombre conséquent de ses agents,  pour mener un travail de fond. Que ce soit par des dispositifs favorisant le retour à l’emploi, par l’obtention de formations, par la reconnaissance des compétences, par l’égalité des traitements. Les femmes ont  souvent une carrière discontinue. On fait un enfant à deux, on l’élève à deux mais c’est madame qui mettra sa carrière en stand-by puisque son salaire est inférieur à celui de son conjoint. Tout le monde s’accorde à dire que cette situation n’est pas normale. L’inégalité de traitement est encore une réalité. Et puis un homme à la maison, ce n’est tellement pas dans les mœurs. C’est la femme qui doit avoir une force de caractère à toute épreuve pour mener sa vie professionnelle et sa vie de famille qui reste malgré tout centrée  sur la gestion au quotidien des tâches domestiques et des enfants. Mettre en place tous les moyens leur facilitant la vie est la moindre des choses dans une société moderne.

Chers collègues, il a fallu légiférer pour obtenir la parité dans cette assemblée. Quel homme pourrait aujourd’hui s’en plaindre ?La loi est une chose. Pour autant,  Il revient  surtout à nous, Messieurs,  de prendre le problème à bras le corps pour que toute la société avance en ce sens. Le progrès sera là quand les hommes trouveront normal de s’emparer du sujet. C’est le sens de l’intervention de l’homme de notre binôme.

En question diverse Richard a interrogé le Président concernant un courrier d’alerte que nous avons reçu du CMF (Confédération Musical de France) dans lequel il nous signifie une baisse de 20 000 (soit 20% de leur budget) dans la subvention que le Département lui accordait.

Les autres rapports n’ont pas appelé d’intervention de notre part, n’hésitez pas à nous interroger pour des compléments d’information.

  • Convention d’adhésion à la centrale d’achats de la Région Auverge-Rhône-Alpes
  • Diversifier et adapter l’offre aux besoins des personnes âgées et des personnes handicapées : soutien aux projets innovants favorisant le maintien à domicile
  • Accords partenariaux après des associations gestionnaires d’établissements pour personnes handicapées
  • RD 306 – St Georges de Reneins
  • RD 342 – 386 round point des Sept Chemins
  • Développement durable – rapport de situation 2018
  • Politique PENAP – périmètre Plaine des Chères
  • Politique PENAP – appel à projets, attribution d’aides
  • Projet de fusion OPCA / ADVIVO
  • Représentations du Département

La séance publique est précédée comme de coutume par la Commission Permanente. Les dossiers suivants ont été traitées et nous sommes à votre disposition en cas de questions :

Education culture et tourisme

  • Transports vers les sites sportifs – dotation au collège privé St Viateur à Amplepuis
  • Tarification de la restauration scolaire (hausse de 1,5% mais tarif social à 1€ maintenu)
  • Musée gallo-romain – Convention de partenariat Vienne City Card et Cezam 2019, m-à-j tarification
  • Adhésion FNCC
  • Tarification des publications des Archives
  • Partenariats avec le CCAB et le CC de Villefranche-sur-Saône en faveur des collèges
  • Subventions de fonctionnement aux sections sportives des collèges

Solidarités

  • Convention annuelle d’objectifs et de moyens 2019 Etat/Département pour co-financement des contrats aidés et aides aux postes des bénéficiaires du RSA
  • Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie – plan d’actions 2019
  • Avenant convention partenariat pour service de répit ‘Bulle d’Air’

Patrimoine, Développement durable et mobilité

  • Politique forestière – avenant aux conventions ‘chasse’
  • Aide à l’investissement des entreprises – bilan 2018 du contrôle d’effectivité
  • Carrefour RD 7 & 4 à Longessaigne – installation d’une station météo
  • Conventions diverses d’aménagement du réseau routier
  • Foncier – gestion immobilière
  • Foncier – gestion patrimoniale
  • MAJ des données du référentiel routier départemental 2018
  • Politique de l’habitat – avenant 2 à la convention offre nouvelle OPAC du Rhône, MAJ convention cadre de logements réservés – Délégation à l’ANAH de la gestion des dossiers d’aide aux travaux.

Finances, ressources et moyens généraux

  • Gestion du stock de garanties d’emprunts existant, allongement et réaménagement de la dette CDC des bailleurs sociaux, demandes de réitération de garanties d’emprunts
  • Achat des logements sociaux de la SA d’HLM Cité nouvelle par la SA d’HLM Alliade – demandes de confirmation de garanties d’emprunts
  • Compte rendu de la délégation donnée au Pdt du Département (marchés publics)
  • Idem (contentieux)
  • Transformations de postes
  • Règlement intérieur des déplacements
  • Tickets restaurant – modalités d’attribution pour personnel en CDD > 3 mois
  • Gratification à deux agents quittant la collectivité
  • Convention de participation à la protection sociale complémentaire – Mandat au CDG 69
  • Mandats spéciaux
  • Indemnités des conseillers départementaux et crédits attribués aux groupes d’élus
  • AGEPA – demandes de garanties pour emprunts
Publicités

Séance publique du 14 décembre 2018

Le Département s’est réuni en Commission Permanente et Séance Publique ce matin.

Très peu de débat sur les différents dossiers présentés, relativement techniques pour la plupart. Ainsi nous vous les listons ci-dessous et sommes à votre disposition pour toute question éventuelle.

Commission Permanente

Education Culture et Tourisme

  • Délégation de service public pour la gestion des demi-pensions. Choix de délégataires après négociations pour certains collèges (rentrée 2019)
  • Transports des élèves vers les sites d’EPS – dotations exceptionnelles et complémentaires
  • Désignation des personnalités qualifiées (aux CA des collèges)
  • Sectorisation des collèges publics, modifications pour la rentrée 2019
  • Contrat de concession de service public de restauration scolaire – résiliation et protocole d’accord transactionnel (Faubert et J Moulin à Villefranche, Val d’Ardières à Beaujeu, Emile Zola à Belleville et Bois Franc à St Georges de Reneins)
  • Relance d’une consultation suite à cette résiliation.
  • Convention cadre pour le développement de l’éducation artistique et culturelle 2018-21
  • Musée gallo-romain – contrat de collaboration de recherches avec l’Université Rouen Normandie, convention avec les écoles françaises de Rome et d’Athènes ) partenariat de promotion avec Lyon Parc Auto.
  • Archives départementales et métropolitaines – convention type avec l’Ecole des Chartes et l’Institut National du patrimoine sur l’hébergement des stagiaires.
  • Archives départementales et métropolitaines – conventions de subvention avec la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.
  • Coopération culturelle – partenariats avec des EPCI; la commune de St Laurent de Mure et l’Espace culturel Jean Carmet à Mornant.
  • Subventions à des manifestations sportives, soutien à un club et aide aux sections sportives de collèges – attribution de jeux de maillots
  • Subventions d’envergure locale et départementale
  • Tourisme : procédure de dissolution de l’association Agence de développement touristique – ADT (Rhône Tourisme) – point d’étape

Solidarités

  • Programme Emploi-Inclusion 2014-20 – Subvention globale FSE 2014-20 : Programmation 2018
  • Remise gracieuse ADPA
  • Convention relative au système d’information harmonisé des Maisons départementales des personnes handicapées
  • Demande de remise gracieuse relative à l’Aide sociale à l’enfance

Finances, ressources et moyens généraux

  • Logement social – demandes de nouvelles garanties d’emprunt
  • Adaptation des règles en matière d’emprunts
  • Convention du restaurant inter-administratif Mazenod (renouvellement 2019)
  • Mandats spéciaux
  • Dématérialisation des procédures comptables

Patrimoine, développement durable et mobilité

  • Révision du PLU de St Bonnet de Mure
  • Retrait de l’Etablissement public territorial de bassin (EPTB) Saône et Doubs
  • RD 114 – commune de Brignais – déclassement de voirie
  • Petits aménagements de voirie pour le compte du SYTRAL
  • Gestion des espaces naturels – révision du plan de gestion de la vallée du Bozançon
  • Programme de développement rural (PDR) 2014 -20 – attribution d’aides
  • Politique agricole – subvention exceptionnelle à l’ANEM
  • Politique agricole – attribution d’aides diverses
  • Convention d’échange de données avec les établissements publics de coopération intercommunale du Département du Rhône.
  • Foncier – gestion immobilière
  • Convention pour la participation à l’accord-cadre d’achat groupé de gaz naturel de l’UGAP
  • Fonds de solidarité pour le logement 2019. Délégation du volet d’accès et conventions avec les fournisseurs d’énergie
  • Politique du logement – Avenant à la convention Département/OPAC du Rhône sur le renouvellement urbain du quartier Les Pérouses à Brignais.
  • Retrait du Département du Rhône du Syndicat mixte pour le réaménagement de la plaine des Chères et de l’Azergues (SMRPCA)
  • Cession de véhicules propriété du Département

Séance Publique

Finances, ressources et moyens généraux

  • Instruction budgétaire et comptable M57 / modalités d’application et de mise en oeuvre

Education, Culture et Tourisme

  • Subventions 2018 aux écoles de musique et aux réseaux d’enseignement artistique dans le cadre du SDECEA – modification liée à l’attribution de subvention à l’ADEPA.
  • Archives départementales et métropolitaines – convention avec la Ville de Lyon relative aux ouvrages de la Bibliothèque municipale

Solidarités

  • Modalités de mise en oeuvre des mesures d’accompagnement social personnalisé au 1er janvier 2019
  • Insertion des publics – mise en place de l’opération « Talents RSA »
  • Enveloppe de tarification 2019 – accompagnement des personnes âgées, des personnes adultes handicapées et des bénéficiaires de l’aide sociale à l’enfance
  • Professionnalisation du secteur de l’aide à domicile : aide à la formation et soutien à la mise en place de groupes d’analyse de la pratique
  • Poursuite et développement du partenariat concernant les mineurs non accompagnés
  • Aide sociale à l’enfance – conventions de partenariat 2019-20 entre le Département et les Foyers de jeunes travailleurs sur le territoire départemental

Finances, ressources et moyens généraux

  • Rapports des représentants du Département au sein des SAEML et des SPL pour l’exercice 2017
  • Exercice 2019 – autorisation d’engagement, de liquidation et de mandatement des dépenses d’investissement avant le vote du budget primitif.
  • Soutien financier au Département de l’Aude à la suite des pluies intenses des 15 et 16 octobre 2018
  • Actualisation du dispositif de don de jours de congés à un agent qui vient en aide à un partent gravement malade ou à une personne âgée ou handicapée
  • Représentations du Département
  • Rapport d’activité de la commission permanente – période du 25 mai 2018 au 5 octobre 2018

Patrimoine, Développement Durable et Mobilité

  • Très haut débit- avenants aux conventions de programmation et de suivi des déploiements.  Richard a demandé (en mode ‘taquin’) qui bénéficierait des pénalités éventuelles, évoquées par M. Valéro en présentation du dossier. La réponse était sans détour ‘déjà que cela ne coûte rien aux communes, ce serait surprenant qu’elles perçoivent les pénalités, faut pas rêver’.
  • Aménagement du réseau routier – diverses conventions avec participation financière départementale
  • Aménagement du réseau routier – diverses conventions sans participation financière départementale
  • Politique agricole – système paragrêle.  Nous sommes favorables au rapport, et la CCPA a voté le même. Richard est intervenu pour demander le nombre d’agriculteurs assurés , si le Département ne se substitue aux assureurs. « Idéalement » le dispositif devrait couvrir tout le Département, dit le rapport. Pourquoi ‘idéalement’ ? Est-ce que les radars prévus couvrent tout le territoire ? Comment était décidée la somme ? Combien mettent les assureurs ?Pourquoi est-ce que la CCVG porte le projet ?
    Réponses : sur le dernier point, parce qu’ils se sont proposés car particulièrement concernés par le sujet. La prime du Départment sera bien versé au porteur de projet. Très peu d’agriculteurs sont assurés, mais la prime est souvent disproportionnée au risque. Les assureurs vont mettre 50 k€ mais la profession travaille avec eux pour que le côté ‘risque réduit’ impacte les primes. Pour la couverture du territoire, c’était compliqué de mailler tout d’un coup, priorité à ceux qui étaient les plus impactés l’été dernier, mais le versement de la subvention départementale est conditionnée au maillage de tout le territoire à horizon de 2020.
  • Foncier – gestion patrimoniale

 

 

Accès aux soins en milieu rural – que faut-il changer ?

Notre canton chevauche en partie la circonscription du Député Thomas Gassilloud, lequel a organisé jeudi soir un ‘grand débat citoyen’ sur le thème de l’accès aux soins en milieu rural.

Vous savez que ce sujet nous tient à coeur, avec notamment la menace qui pèse sur le Centre médical de l’Argentière et sur le Centre Périnatal de l’Arbresle, ces deux étant des structures de proximité importantes pour la population des Monts de Lyonnais.

Après un accueil par M. le Maire en introduction, le Député Gassilloud a prononcé quelques paroles liminaires et présenté un clip d’Agnès Buzyn, Ministre de la Santé, qui a dit tout son attachement à un égal accès aux soins pour nos concitoyens. Mais est-ce que ses paroles sont suivies des faits ?

Un clip ‘photo’ de la desserte (du désert ?) sanitaire de la circonscription montre qu’il y a des villages à l’abandon médicalement parlant, et qu’il est parfois nécessaire de descendre à Lyon pour voir notamment les spécialistes. Des interventions depuis la salle en cours de soirée ont alerté que la situation allait surement s’empirer, en raison du numerus clausus et de la pyramide des âges.

Evidemment avec la présence de JY Grall, Directeur Général de l’Agence Régionale de la Santé à l’estrade, Sheila n’a pas hésité à aborder la situation du CPN de l’Arbresle, dont la fermeture des lits d’hébergement est programmée pour août 2019 (annoncée cette semaine).

Vous pouvez bien sûr tout regarder, mais cet échange a lieu vers 1h20

 

Tout d’abord, vous remarquerez que face à une question sur le déni de la démocratie, que malgré le soutien (qu’il connait) de tous les élus locaux et de la population pour la position que défendait Sheila, un fonctionnaire de l’Etat, le Préfet Régional de la Santé si vous voulez, se permet de se comporter en donneur de leçons à leur représentative. C’est insupportable.

Sur le fond, aucune réponse, sinon ‘vous ne rentrez pas dans les clous’. Très bien, bougeons les clous.

« Vous avez eu de la chance d’avoir continué si longtemps ». Faut-il dire merci ? Non, nous avons toujours demandé une évaluation de l’expérimentation que l’ARS a approuvée et jamais retirée.

« Si tout le monde s’affranchit de tout quand ça l’arrange cela ne va pas », dit-il,  comme si les Administrateurs de l’hôpital étaient des hors la loi irresponsables. Pour siéger au Conseil d’Administration nous pouvons vous assurer du contraire.  Il dit que l’hébergement n’est pas sécurisé, nous ne savons pas d’où ça sort. Ce qui ne sera pas sécurisé à partir de septembre 2019, si les lits ferment, c’est l’accouchement inopiné, le prématuré, la personne non véhiculée pour qui on n’a pas assez de pompiers volontaires pour l’acheminer à la maternité.

Nous l’avons déjà dit, on tend trop à réfléchir en termes de soins et non en termes de prévention. De ce fait nous avons un système de soins et non un système de santé. Malheureusement la prévention a un coût mais pas de résultat visible, alors que les drames sont plus facilement comptabilisés (et coûtent plus cher).

Il dit ‘changeons la loi’, chiche, on ne demande que cela.

Nous prenons donc attache avec l’un des intervenants, le Dr Isaac-Sibille, médecin et Député qui a l’air beaucoup plus branché ‘prévention’ et notamment allaitement pour lui parler du Centre Périnatal de l’Arbresle et plus généralement des difficultés que nous pouvons rencontrer en milieu péri-urbain et rural. Après l’échange avec le Dr Grall, il est maintenant clair que le maintien des lits d’hébergement au CPN de l’Arbresle dépendra d’un changement de cap politique. Nous ferons notre possible pour mener cette bataille, mais il va falloir que la population se batte aussi pour préserver cet outil précieux. Vous pouvez compter sur nous, nous comptons, et le personnel du CPN compte, sur vous.

En tout cas je remercie le Député Gassilloud d’avoir organisé ce temps de rencontre, c’était peut être un peu risqué par les temps qui courent mais, dans l’ensemble, les échanges ont été courtois et construits, même si une note de tension étaient bien audible à plusieurs reprises.  Ainsi qu’une grande frustration par rapport aux réponses ou non-réponses obtenues.

Séances du 5 octobre 2018

Le Conseil Départemental s’est réuni en Commission Permanente et en Séance Publique au Foyer Rural de Fleurie, au nord du Département.

Richard et Sheila avaient fait le déplacement, mais malheureusement à peine arrivé Richard a dû partir à cause d’un souci familial.  Aucun rapport n’a appelé d’intervention particulière de notre part en séance, si ce n’est la Décision Modificative (abstention) et le partenariat territorial, sur lequel nous avons regretté que les projets d’EPCI non retenus n’aient pas été listés. Nos remarques hors séance sont notées en italiques.

Evidemment, et comme toujours, si vous avez des questions sur les dossiers, nous serions ravis de fournir une réponse.

Commission Permanente

Education, culture et tourisme

Dotations exceptionnelles et divers

Musée gallo-romain de St-Romain-en-Gal : convention de partenariat culturel avec l’association Pax Augusta

Schéma de lecture publique – aide aux coordinateurs de réseaux intercommunaux de bibliothèques et réseau départemental de bibliothèques

Schéma de lecture publique – action Bébé Lecteur – modification de la subvention versée par la DRAC

Archives du Département du Rhône et de la Métropole de Lyon – portail Grand mémorial

Archives départementales et métropolitaines – Tarification de l’ouvrage « Aux morts pour la patrie, les monuments aux Morts de la Première Guerre mondiale dans les communs du Rhône et de la Métropole de Lyon » (Nota cet ouvrage est tout à fait remarquable)

Subventions d’envergure locale et départementale

Contrat de concession d service public de restauration scolaire – Lot 1 – Résiliation du contrat conclu avec SODEXO ENTREPRISES.

Solidarités

Remise gracieuse – ACTP

Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie – Plan d’actions 2018 / second semestre.

Finances, ressources et moyens généraux

OPAC du Rhône – Demandes de nouvelles garanties d’emprunts

Compte rendu de l’exercice de la délégation donnée au président du Conseil département en matière de marchés publics.

Maison familiale rurale d’éducation et d’orientation de St-Laurent de Chamousset – Demande de nouvelle garantie d’emprunt.

Remise gracieuse – allocation de retour à l’emploi

Remise gracieuse – personnel

Protocole d’accord – Elections professionnelles des représentants du personnel 2018

Formation des élus – prise en charge des frais de déplacement

Mandats spéciaux

Coopération internationale : déplacement d’une délégation à Alba Iulia (Roumanie)

Patrimoine, développement durable et mobilité

SAGE – convention partenariale avec la Métropole de Lyon

Protocole de gestion de crise – Echanges de données d’exploitation et de sécurité routière sur le territoire du Département du Rhône

Gestion des espaces naturels – Révision de la charte « Pôle d’information flore habitats » et adhésion à la charte du « Pôle gestion des milieux naturels

Plans locaux d’urbanisme des communes d’Affoux, Saint-Pierre-de-Chandieu et Ambérieux-d’Azergues ) Avis du Département.

RD 29 – Commune de Genas – Avenant n° 1 à la convention initiale

RD 140 – Commune de Longes – Mise à jour des études de la déviation dans le cadre d’un partenariat avec Vienne Condrieu agglomération

Aménagement du réseau routier – Diverses conventions sans participation financière départementale (2 rapports)

Liaison RD 385 / A89 – Pont de Dorieux – Prorogation DUP

RD 30 – Commune de Ste-Consorce ) Avenant à la convention initiale

RD 385 et RD 657 – Commune de Lamure sur Azergues

Convention relative aux missions réalisées par les Maisons du Rhône et le PC Rhône déplacements pour le compte du SYTRAL.

Politique PENAP – Délibération complémentaire à une aide PENAP.

Politique agricole – Avenant à la convention 2018 Département / Chambre d’agriculture – Soutien du syndicat des éleveurs de chevaux de trait du Rhône

Programme de développement rural (PDR) 2014/20 – Attributions d’aides

Politique foncière agricole – Convention partenariale 2018 avec la SAFER Auvergne-Rhône-Alpes

Foncier – Gestion immobilière

Collèges – Cités scolaires mixtes – Avenant à la convention / cadre avec la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Convention-cadre de mise à disposition de logements réservés

Foncier – Gestion patrimoniale

Séance publique

Après des propos du Maire de Fleurie et les Conseillers Départementaux du canton, la séance publique a démarré par des hommages à d’anciens conseillers généraux décédés. M. Pomeret a rendu hommage à la mémoire de Tony Bertrand, ancien conseiller du 12 canton de Lyon de 1967 à 1979, décédé à l’âge de 105 ans, et M. Thien à celle de Gabriel Caillet, ancien conseiller du 3e canton de Lyon de 1994 à 1995 puis de 1998 à 2004. S’en est suivie une minute de silence.

Education, Culture et Tourisme

Dotations actions éducatives 2018/2019

Voyage mémoire à Auschwitz-Birkenau – partenariat avec la Métropole de Lyon

Fédération départementale des maisons familiales rurales (FDMFR) – exercice 2018

Subventions 2018 aux comités sportifs et en faveur du Comité départemental de course d’orientation – attribution de jeux de maillots

Les Vendanges Musicales – octroi d’une subvention. Nous sommes ravis que des propos tenus par notre ‘voisine’ de canton Claude Goy, ainsi que par nous -mêmes, aient été repris par M. le Président, à savoir la recherche d’une politique globale de soutien (éventuellement par un appel à projets) de différents festivals de notre territoire. En même temps, c’est un peu surprenant, dans la mesure où souvent le Président considère qu’il ne faut pas que le Département finance ce qui relève de la compétence d’une autre collectivité (en l’occurrence la Région).

Solidarités

Soutien financier en faveur d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)

Mise en place de la télégestion et de la télégestion mobile au sein des SAAD (services d’aide à domicile) et des SPASAD (services polyvalents d’aide et de soins à domicile)

Soutien à l’investissement pour l’amélioration du bâti des établissements habilités par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE)

Finances, ressources et moyens généraux

Fonds départemental de péréquation de la taxe professionnelle – Répartition 2018

Règlement du litige entre la Communauté d’agglomération de l’ouest rhodanien (COR) et le Département du Rhône – compensation financière

Représentations du Département

Admission en non-valeur des créances irrécouvrables pour l’exercice 2018.

Décision modificative n° 1 pour l’exercice 2018. Nous sommes surpris de voir baisser le soutien aux écoles de musique, alors que le Président en avait souligné son attachement. Sinon il s’agit d’un exercice entre les différents postes budgétaires, d’où notre simple abstention (pour rappel nous avons voté contre le budget).

Patrimoine, développement durable et mobilité

Partenariat territorial – appel à projets 2018. Sheila a regretté donc le manque de transparence des tableaux présentés en ce qui concerne les EPCI et syndicats, car ces demandes sont traitées directement par le comité d’engagement (dont nous ne faisons pas partie, à notre regret). En effet ne sont listés dans ces tableaux que les projets retenus, alors qu’il aurait été intéressant de connaitre les projets non retenus voire le motif du refus.
Pour ce qui est des demandes des communes de notre canton, par contre, dans les limites de ce qui est possible de financer (pas plus de 50% du montant du projet), cette année nous avons pu répondre positivement à l’ensemble :

  • Création d’une aire de jeux au parc municipal à Bessenay pour 25 402 €
  • Création d’une place arborée à Brussieu avec mise en accessibilité d’un chemin piétonnier pour 20 000 €
  • Réfection du mur de soutènement du Clos Martinon à Chevinay pour 5 510€
  • Aménagement sportif et de loisirs en bas de la salle polyvalente à Fleurieux-sur-l’Arbresle  pour 117 508€
  • Aménagement d’une grange en salle d’activités à Montromant pour 191 348€
  • Réaménagement du bâtiment scolaire et réfection de l’église à St Julien sur Bibost  pour 32 860 et 19 328€ respectivement
  • Travaux de mise en accessibilité et de sécurité pour 55 950 et 10 370 € respectivement à St Laurent de Chamousset
  • Agrandissement de la cour de l’école maternelle à St Pierre la Palud pour 18 121€
  • Travaux au groupe scolaire de Ste Foy l’Argentière pour 8 832€
  • Aménagement d’un cheminement piétons sur la route de la Combe-Reynard à Sourcieux les Mines pour 50 650€
  • Aménagement de la grande rue, tranche 2 à Villechenève pour 23 630€

Vernay – aide exceptionnelle à l’investissement – projet innovant de route solaire

Convention-cadre du programme Action coeur de ville de Tarare

Projet de rénovation de la piste d’athlétisme d’intérêt départemental sur la commune de Tarare

PN 337 – St Romain en Gier – Etudes préliminaires de sécurité – Convention avec la SNCF Réseau et Département

Amendes de police – année 2018

Politique PENAP – intégration des communes approuvant le programme d’action PENAP qui ont délibéré après la délibération de juin 2018

Politique forestière : charte d’engagements bois / bois local, programme foncier forestier

Plan de relance du Beaujolais – attribution d’aides

Bilan des acquisitions et cessions immobilières opérées par le Département au titre de l’année 2017

Schéma des gens du voyage – Attribution d’une subvention à l’ARTAG au titre de l’année 2018 Quand même ahurissant d’entendre l’élu rapporteur dire que lorsqu’il a pris la délégation logement il avait oublié qu’il y avait les gens du voyage dedans. Autrement dit, il aurait refusé la délégation s’il l’avait su ? Bravo Monsieur. On en reparlera lors de la réunion de la commission départementale prévue la semaine prochaine.

 

Prix du fleurissement 2017

Lundi soir a eu lieu, dans les salons du Département, la remise des prix de fleurissement dans le Rhône.

Vous avez peut être lu dans des articles précédents (Fleurissement ou bien Séance de mars 2017 ) que ce concours a subi beaucoup de changements par rapport aux autres années.

En effet, par le passé c’était le CTFR (Comité Technique de Fleurissement du Rhône) qui organisait le concours, et qui, au long de l’année, mettait ses bénévoles au service des villes et villages pour les aider à embellir leur commune, voire remporter des prix.

La majorité départementale, par sa vice-présidente en charge de la culture et du tourisme, Martine Publié, a tenu absolument à ce que ce soit le service tourisme du Département qui gère la chose. Malheureusement chacun est resté campé sur ses positions et les relations avec l’association se sont détériorées. Forcément, comme celle-ci dépendait en grande partie du Département pour son financement, l’issu du ‘combat’ était assez prévisible…

Nous avons déjà dit que nous trouvions regrettable de ne pas mettre à profit l’expérience de ces bénévoles, et nous avons douté de l’engouement des communes pour ‘un truc d’élus’ plutôt que pour une affaire organisée par et pour des passionnées. Et on ne s’explique pas trop pourquoi cette année il n’y a pas eu de concours pour les particuliers…

Est-ce que tout ceci explique le peu de monde hier soir (par rapport à la dernière fois à Fleurie) ? Ou le fait de l’organiser à Lyon à 18h30 en semaine plutôt que le weekend ? Ou bien les deux ? Toujours est-il que l’organisation à l’Hôtel du Département a bien marqué le ‘changement de propriétaire’.

Dans le cadre de la politique de mécénat, le Département a fait appel à plusieurs organismes publics et privés (CAUE, MFR du Rhône, l’association Fredon…) pour l’organisation et le jury du concours. Un diaporama de différents types de fleurissement dans des villes partout en France, présenté par M. Patrick Haroy, a témoigné de l’inventivité des concernés (fleurissements à thème, éphémère, hors sol…).

 

Pour ce qui est des récompenses, notre canton a frappé fort comme à son habitude.

Chevinay,  Chambost-Longessaigne, Brussieu, Bibost et St Laurent de Chamousset ont été primées, avec une mention spéciale pour Courzieu, qui a eu un prix d’honneur ! Bravo à tous !

Voici quelques clichés prises lors de la cérémonie par Julien Bourreau, photographe du Département. Merci à lui.

 

Séance publique du 29 juin 2018

Ce matin nous nous sommes rendus à Saint Symphorien d’Ozon, conformément à la volonté de la majorité de se rendre dans tous les cantons du Département au cours du mandat.

La séance publique a commencé avec une intervention du Maire pour présenter sa commune. Ensuite Mme Simian, son adjointe, et conseillère départementale déléguée, est également intervenue pour nous accueillir.

Elle a aussi présenté le premier rapport, concernant un soutien exceptionnel du Département à son canton, au vu des intempéries récentes et dévastatrices.

Ensuite M. Pfeffer a présenter un rapport concernant l‘approbation du contrat dit « de maîtrise de l’évolution de la dépense locale entre l’Etat et le Département du Rhône« . Il considère par contre que cela n’a de contrat que de nom, puisque un contrat sous-entend l’accord des deux parties. Pour résumer, l’Etat souhaite que les dépenses de fonctionnement n’augmentent pas de plus de 1,15% (dont le traitement de nos agents).

Nous avons, comme le Président, voté le rapport de façon contrainte, puisque si nous ne signions pas le pacte, et si nous devions dépasser les limites qu’il impose, une amende de 18 millions d’euros serait infligée par l’Etat. Toutes les collectivités subissent l’impact de la baisse des dotations de l’Etat, mais la libre gestion est mise en question par cette ingérence parisienne, et nous en mesurons toute la gravité.

D’autres rapports ont été présentés sans intervention de notre part, et vous pouvez en voir la présentation ici :

Education, culture et tourisme

  • Convention de développement culturel avec l’Etat – Ministère de la Culture (2018-20)
  • Travail de mémoire – voyage à la maison des enfants d’Izieu et pass mémoire – commémoration du centenaire 1914-18
  • Partenariat culturel avec le théâtre de Tarare
  • Marathon International du Beaujolais

Solidarités

  • Plan de la maîtrise de la dépense RSA – bilan 2017
  • Rapport d’information relatif à l’autorisation de nouveaux services d’aide et d’accompagnement à domicile – bilan 2017
  • Subventions 2018 aux établissements pour l’accueil d’enfants en difficulté (handicap, insertion)

Finances, ressources et moyens généraux

  • Approbation du compte de gestion
  • Compte administratif 2017
  • Affectation définitive du résultat 2017
  • Synthèse du diagnostic d’entrée – dispositif d’expérimentation de certification des comptes
  • Droit à la formation des élus
  • Représentations du Département
  • Révision du règlement budgétaire et financier et mise en place de la nomenclature M57

Patrimoine, développement durable et mobilité

  • Contrôles de l’effectivité des engagements des entreprises en matière d’emplois et d’activité dans le cadre de l’aide départementale à l’investissement des entreprises – rapport de la commission sur les contrôles 2015-16
  • PENAP Ouest lyonnais et Agglomération lyonnaise – programme d’action 2018-21
  • Avenant à la convention-cadre relative aux études et travaux de rénovation du bâtiment ‘Liberté’

Information fibre par Daniel Valéro : co-financement signé entre les 2 opérateurs SFR et Orange pour rationaliser les travaux.

Sheila est intervenue en fin de séance pour informer l’assemblée des développements récents concernant le projet de fermeture des lits d’hébergement du Centre Périnatal de l’Arbresle. En effet elle avait été (enfin) reçue par l’Agence Régionale de la Santé la semaine dernière. Les interlocuteurs de l’ARS se sont dits sensibles aux arguments d’aménagement du territoire, à ceux sur l’aspect prévention, pour en arriver au noyau du problème, l’aspect réglementaire. En effet les textes ne prévoient pas de lits d’hébergement dans les Centres Périnataux de Proximité.

Sheila a proposé de s’approcher, au nom du Département, de Mme le Ministre par courrier et de sensibiliser les parlementaires du territoire élargi.

En amont de la séance publique, nous avons étudié en commission permanente les rapports suivants, et nous nous tenons à votre disposition si vous avez besoin d’éléments complémentaires. Les rapports n’ont pas appelé de commentaire particulier de notre part, même si nous constatons à quel point les différentes associations qui gravitent autour du Beaujolais nouveau bénéficient de l’aide du Département, éventuellement au détriment d’autres organismes.

Education, culture et tourisme

  • Attribution des aides à l’investissement 2018 dans les collèges privés
  • Equipements informatiques des collèges privés
  • Compensation des écarts de recettes de la demi-pension et convention accueil élèves à Ste Foy l’Argentière
  • Prolongation du contrat de délégation de service public pour la restauration du collège Lachenal à St Laurent de Mure
  • Partenariats culturels et dispositif ‘Collège au cinéma’ 2018/19
  • Mise en place d’une commission de suivi au Musée et site archéologique de St Romain en Gal / Vienne
  • Partenariats autour du même musée
  • Tarification de l’ouvrage ‘Aux morts pour la patrie, les monuments aux Morts de la Première guerre mondiale dans les communes du Rhône et de la métropole de Lyon’
  • Subventions annuelles 2018 aux clubs sportifs, soutien à l’organisation de manifestations sportives et l’opération jeux de maillots 2018
  • Subventions annuelles 2018 – vie associative
  • Subventions d’envergure locale et départementale
  • Tourisme – convention de partenariat touristique avec l’ADTR

Solidarités

  • RSA – conventions avec Pôle emploi
  • Personnes âgées, personnes handicapées – Politique de refondation de l’aide à domicile – Avenant au contrat de partenariat 2018-21
  • Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie – Plan d’actions 2018
  • Remises gracieuses de trop-perçus PCH et ACTP
  • Politique de la ville – Programmation 2018
  • Partenariat avec la CAF du Rhône pour le dispositif Vacances familles solidarité – exercices 2018-20.
  • Partenariat avec l’ADTR au titre de l’aide à l’enfance
  • Modalités de partenariat et de financement de l’Unité Médico-Judiciaire (UMJ) de Villefranche sur Saône
  • Participation du CPEF de l’Arbresle à l’évènement ‘Roots de campagne’

Finances, ressources et moyens généraux

  • Convention de services comptable et financier – point d’étape 2018
  • Compte rendu de l’exercice de la délégation donnée au Président du Conseil départemental en matière de contentieux et de marchés publics
  • Subvention globale FSE 2014-2020 – assistance technique 2015-17
  • Personnel – transformation de postes
  • Avancement de grade : ratios 2018
  • Mandats spéciaux
  • Délocalisation de la séance publique et de la commission permanente du 5 octobre 2018
  • Achat d’espaces publicitaires et de prestations de conseils médias et hors médias du Département – protocole d’accord transactionnel
  • Formation des élus – prise en charge des frais de déplacement

Patrimoine, développement durable et mobilité

  • Plans locaux d’urbanisme des communes de Chasselay, Porte des Pierres Dorées et Saint-Loup – avis du Département
  • Retrait du syndicat LYBERTEC – protocole d’accord à conclure avec le syndicat mixte pour arrêter les conditions financières et patrimoniales de la sortie du Département
  • Aménagement du réseau routier – diverses conventions
  • Déviation de Colombier Saugnieu – déclassements
  • RD 147 – St Pierre de Chandieu – déclassements
  • Programme de développement rural (PDR) 2014-2020 – attributions d’aide – Plan Beaujolais rectificatif
  • Politique forestière – subvention à la commune de Létra
  • Foncier – gestion immobilière
  • Foncier – gestion patrimoniale
  • Politique partenariale du logement pour l’année 2018

 

Séance plénière du 25 mai 2018

L’ordre du jour officiel et les commissions spécialisées laissaient penser que la séance de vendredi ne serait pas très longue, et effectivement tout a été ‘plié’ en un peu plus d’une heure.

En bas de page, vous trouverez  les différents dossiers qui ont été étudiés, et qui n’ont appelé ni intervention ni débat, ainsi que le nom du rapporteur. Nous sommes à votre disposition si vous avez des questions sur le détail de ce qui a été voté (à l’unanimité donc).

La séance a commencé par un hommage à la mémoire de Jean-Pierre Flaconnèche, ancien Conseiller Général du 10e canton du Rhône lorsque celui-ci comptait la Métropole. La tradition veut que ce soit les Présidents de groupe politique qui présentent ces hommages, c’est donc Sheila qui a prononcé le texte qui suit :

Monsieur le Président, chers collègues

Nous rendons hommage aujourd’hui à Jean-Pierre Flaconnèche, qui a siégé dans cette assemblée, comme il a occupé le fauteuil du Maire du 7earrondissement de Lyon, de 2001 à 2014.  Il nous a quitté en début de mois, des suites d’une longue maladie.

Originaire du Vaucluse, il est né à Visan en juin 1944, et s’est installé avec sa famille à Lyon en 1971.  Inspecteur des impôts de profession, il s’est engagé en politique pour devenir Conseiller municipal en 1983 et conseiller communautaire en 1989. Il était également Vice-Président du syndicat mixte d’études et de programmation de l’agglomération lyonnaise (SEPAL).

Lorsqu’il arrive au Département avec le groupe PS et apparentés, c’est en tant que premier conseiller général d’un nouveau canton, suite à un redécoupage. Il fait partie de la commission spécialisée des finances tout au long de ses deux mandats. Il quitte ensuite le Département lors de la création de la Métropole.

Très attaché à son arrondissement, ainsi qu’à ses habitants, qui le lui rendaient bien, il a oeuvré notamment pour la création de la bibliothèque de Gerland, et celle de la MJC Jean Macé.

Les hommages de ceux qui l’ont le mieux connu font état d’un homme calme, respectueux, ouvert, attaché au bien public et aux valeurs de la solidarité.

Comme l’a dit Zorah Aït-Maten, qui était sa suppléante pendant ses mandats ici, et sa première adjointe à la Mairie du 7e, ‘il aimait les gens, et les gens l’aimaient’.

C’est un beau bilan de vie.

Nos pensées respectueuses vont à sa famille.

Après l’étude des dossiers concernant les Solidarités, notre Groupe a présenté un voeu pour le maintien du Centre Périnatal de l’Arbresle avec hébergement, dont voici le contenu.

Voeu sur le Centre Périnatal de l’Arbresle
Présenté par le Groupe ‘Gauche Départementale’ à la Séance Plénière du 25 mai 2018 

Le Département du Rhône demande que l’ARS revienne sur sa décision de fermer les lits d’hébergement au Centre Périnatal de l’Arbresle.

 Le centre rend un réel service à la population de son territoire.

 La transformation du CPN de l’Arbresle en simple centre de consultations priverait ce territoire de la présence d’une sage femme de nuit, pour répondre aux besoins des femmes en fin de grossesse ou pour les soins de suite par exemple. Ainsi ce sont les services d’urgence qui devront répondre à ces situations.

 Le centre a déjà fait ses preuves en matière d’accompagnement pour les mères qui veulent allaiter, notamment grâce à cette présence constante de sage-femme. Il joue un rôle important de prévention des risques de maltraitance, en partenariat avec la PMI de la Maison du Rhône.

Ces deux aspects sont des axes prioritaires pour l’ARS pour la décennie à venir, pour lesquels nous avons donné un avis favorable.

 L’ARS a réitéré sa confiance en l’établissement de l’Hôpital de l’Arbresle sur son territoire, en particulier au travers de ses activités emblématiques d’addictologie et gériatrie. Nous considérons que le Centre Périnatal en est tout aussi emblématique et qu’il doit être maintenu dans sa configuration actuelle.

 Sans lui, le territoire du Pays de l’Arbresle, voire de la vallée de la Brévenne et une partie substantielle du Sud Beaujolais, deviendrait un désert sanitaire en matière de périnatalité. Pire, pour tout le nouveau Rhône (hors Métropole de Lyon donc), seul l’hôpital de Villefranche pourrait proposer un hébergement périnatal.

 Le Département réaffirme son attachement aux services de proximité, et donc au maintien du Centre périnatal avec hébergement et demande à l’ARS de revenir sur sa position sur cette question.

Sheila a souligné l’incohérence de cette décision par rapport au Projet Régional de Santé que le Département avait étudié lors de la dernière séance. Son intervention démarre à 35 minutes et 12 secondes et le voeu a été voté à l’unanimité :

Nous vous invitons à signer la pétition en ligne que vous trouverez ici :

https://www.change.org/p/agence-régionale-de-santé-auvergne-rhône-alpes-maintenir-l-hébergement-de-proximité-au-centre-périnatal-de-l-arbresle-69

Dossiers présentés et votés

  • Education, culture, tourisme
    • Dossiers « sans intervention » :
      • M. THIEN – Sport de nature – Itinérance VTT.
      • Mme PUBLIÉ – Culture – Schéma départemental d’éducation culturelle et d’enseignements artistiques : Subventions 2018 aux écoles de musique et aux réseaux d’enseignement artistique.
  • Solidarités
    • Dossiers « sans intervention » :
      • Mme GEOFFRAY – Convention de partenariat avec le Centre régional d’information pour l’agir solidaire (CRIAS).
      • Mme GEOFFRAY – Conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie – Plan d’actions 2018.
      • Mme GEOFFRAY – Partenariat entre la Mutualité Sociale Agricole (MSA) et le Conseil départemental du Rhône pour le déploiement du service Répit Bulle d’Air.
      • Mme GEOFFRAY – Soutien financier en faveur d’Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).
      • Mme SIMIAN – Protection de l’enfance : mise en œuvre du dispositif de Prévention spécialisée du Rhône.
  • Finances, ressources et moyens généraux
    • Dossiers « sans intervention » :
      • M. PFEFFER – OPAC du Rhône – Demande d’une garantie d’emprunt pour son siège social à Brignais.
      • Mme EPINAT – Rapport d’activité de la commission permanente – Période du 27 octobre 2017 au 23 mars 2018.
      • M. GUILLOTEAU – Représentations du Département.
  • Patrimoine, développement durable et mobilité
    • Dossiers « sans intervention » :
      • M. FOURNEL – Aménagement du réseau routier – RD 77 à Dommartin.
      • M. FOURNEL – RD 386 – Avenue Charles de Gaulle – A 450 : giratoire sud de Brignais – Prorogation DUP.
      • M. THIEN – Mise à disposition du centre d’hébergement de Saint-Clément-les-Places.
      • M. VALÉRO – Politique du logement : Offre nouvelle OPAC 2018-2021 – Amélioration des conditions d’habitat des ménages modestes – Actualisation du protocole ANRU à Brignais.

 

Séance publique du 23 mars 2018

Séance un peu marathon aujourd’hui, avec beaucoup de rapports dont le nerf de la guerre… le budget. Du coup notre billet étant proportionnellement long, nous vous remercions par avance de votre persévérance (la fonction recherche existe si vous avez une question particulière).

Dans les dossiers ‘sans intervention’, nous avons pris acte de la « Situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes en 2017 au Département du Rhône » et de la « Reprise anticipée du résultat 2017 au Budget primitif 2018 ».

Et nous avons enchaîné avec ledit Budget primitif.

Vous pouvez en trouver l’intégralité de la présentation par la rapporteuse, Mme Agarrat, sur le site du Département, www.rhone.fr.

Pour notre groupe, Sheila est intervenue pour dire ce qui suit

Monsieur le Président, chers collègues.

Notre époque est celle de la communication. Télévisuelle, médiatique, sur les réseaux sociaux, sur des panneaux publicitaires, sur des abribus, sur des documents écrits. Il y en a tellement que parfois on pourrait passer à côté de certaines choses, parfois les informations sont contradictoires, parfois on annonce des choses, mais on fait tout à fait autre chose. Il y a de quoi se perdre. Mais bon, la communication est omniprésente de nos jours, et force est de constater que le Département veut avoir l’image d’une institution moderne.

Le budget primitif en est l’illustration parfaite. Selon l’habitude, il est préfacé par 4 pages signées de M. le Président.

On démarre à nouveau par une vision de l’état catastrophique dans lequel se trouve le département. Sans surprise on lit la désormais « récurrente » somme à débourser pour les enfants sans parents qu’inlassablement vous distillez avec gravité lors de vos prises de parole publiques. Bien sûr, on y trouve les baisses de dotations, le manque de compensation, la contractualisation.

On se sent gagné par la dépression.

Et pourtant, dès le 2ème chapitre, information contradictoire ! nous sommes d’un seul coup rassuré. Le département est bien géré. L’autofinancement net est cette année de 58,310M d’euros. Le département va augmenter le budget alloué aux politiques de solidarité de 2,86%, il poursuivra sa politique d’investissement au service des Rhodaniens en augmentant le budget de 17,21%, il se désendette, tout ça sans recours à une augmentation des taux de la Taxe foncière sur la propriété bâtie. Nous apprenons la fierté que nous pouvons avoir à consacrer des millions d’euros supplémentaires à l’aménagement du territoire, à l’investissement dans les collèges et pour l’accueil du jeune enfant… le nôtre, celui-ci.

Pour le néophyte, les contradictions de votre introduction pourraient être bien difficiles à comprendre, si on ne les resitue pas dans votre stratégie de communication bien rôdée.

La bonne gestion, les économies sont nécessaires et nous approuvons. Le slogan « Un euro économisé, un euro investi » c’est bien, ça a même fait le titre d’un article de journal.

Par contre, et nous l’avons dit lors du Débat d’Orientation Budgétaire, nous avons quelques différences d’appréciation quant à l’utilisation de cet euro. Si le département assume pleinement les fonctions régaliennes que sont les politiques de solidarité ou de gestion des collèges, nous contestons votre politique sur d’autres domaines, et notamment la politique agricole, la politique mobilité, la politique de communication.

D’autres collègues ont pointé le fait qu’on ne sente pas émerger une politique ambitieuse et clairement identifiée au service de notre territoire. Nous partageons cette constatation.

Pour ce qui est de votre politique agricole, vous abondez principalement auprès de la chambre d’agriculture (670 000 euros quand même) et sur des aides ponctuelles aux agriculteurs pour un total de 2 235 000 euros. Si cela est naturellement utile, où est la politique départementale ? Au service de quelle vision de l’agriculture? Parce que, alors que la qualité de l’alimentation est au centre du débat public moderne, le département alloue 28 000 euros pour ce que vous nommez « un outil clé pour la mise en œuvre du projet agro-écologique pour la France ».

28 000 euros pour le Rhône, 1 million d’euros pour la Drôme.

Pour la politique de mobilité, vous affichez une mission : Celle d’accompagner les Rhodaniens dans leurs déplacements quotidiens, en assurant la gestion, l’entretien et les aménagements de 2863 km de routes départementales. Mais en même temps vous ne mettez pas les moyens en adéquation avec l’annonce. En commission générale vous dîtes que le réseau est bien entretenu. Jusqu’ici peut être. Mais si on ne définit pas un plan ambitieux, pluriannuel, de rénovation de nos routes à partir d’un état des lieux précis, il ne le sera plus (je conteste d’ailleurs votre constat, il suffit de descendre du Lac des Sapins aux Pont Tarrets.

Comme disait mon ancien collègue Chaverot, un petit trou dans la route que l’on ne répare pas devient rapidement plus grand et coûte exponentiellement plus cher à réparer. Alors quoi, on fait le minimum syndical aujourd’hui et après moi le déluge en 2020 ? C’est ça votre programme pluriannuel ?

Il devrait être possible de pallier la dangerosité de certains carrefours selon des critères objectifs, les élus de terrains font remonter les informations autant que faire se peut. Vous avez bien su poser des critères d’éligibilité pour les appels à projet, pourquoi pas ici…

Des économies faites les années précédente sur les lignes de car se transforment en davantage de déplacements en voiture individuelle (pour ceux qui peuvent s’en payer une), donc plus d’usure sur le réseau départemental, sans parler des risques sanitaires par rapport à la qualité de l’air.

Nous avons vu récemment la pagaille engendrée par la réorganisation des centres techniques et par la baisse du budget de la campagne hivernale. En fait ce sont les entreprises locales qui financent votre capacité d’investissement, avec des heures perdues lorsque les salariés ne peuvent pas venir travailler, ou que les marchandises ne peuvent être transportées. Mais bon, faut faire des économies ! On est sûrs qu’ils comprendront !

Vous clamez haut et fort votre soutien aux écoles de musique, que vous préférez aux MJC par exemple, sauf que vous n’y mettez que 8 euros par enfant, moins que certaines communes.

Cependant on ne demande pas les mêmes efforts à tous les services apparemment.

Ainsi, sur la page 40 de l’annexe 1, nous remarquons une baisse des montants de gestion courante pour les établissement publics, alors que les établissement privés passent d’1,5 mio en BP l’année dernière à 4,4 mio cette année.

Pour la politique de communication du département, nous constatons que les moyens ne manquent pas, en tous cas, ceux que nous avons pu comptabiliser. C’était difficile, parce qu’il y en a partout, mais rien que sur la page 37 de l’annexe 1, nous avons 218 500 euros de foires et expositions contre 97 000 au BP de l’année dernière, 78 000 et quelques de réceptions contre 65 000 l’année dernière (ce qui peut sembler pas grand chose dans l’absolu mais c’est quand même + 20%), 350 429 de catalogues et imprimés contre 239 100. S’y ajoutent 434 000 de pubs, de publications et de relations publiques. Sans parler des salaires du personnel de ce service, et sans compter bien sûr les 5 collaborateurs du cabinet. Il me semble qu’il y en avait moins sous la présidence de Mme Chuzeville, mais c’est surement ma mémoire qui défaille.

On pourrait même comptabiliser sur cette ligne budgétaire le million d’euros dépensé pour la certification des comptes.

Un petit exemple de votre maîtrise de la communication : La revue de presse ou même la salle de lecture, mises à disposition pour éveiller notre sens du jugement. Une fois lus le Progrès et le Pays au cas où par hasard il y aurait un article concernant notre petite commune, il faut s’avaler le Figaro, les Echos, le Groupe Caisse des Dépôts et bien sûr l’Express. Remarquez, c’est instructif. Et au cas où on aurait manqué l’article la première fois, on a le recueil de l’année à l’impression.

C’est vrai qu’en matière de communication, nous percevons une vraie politique, volontariste, calculée, et bien orchestrée. On aurait aimé le même effort ailleurs. Mais bon, pour terminer avec le sourire, un quotidien de gauche pour la revue de presse, ça serait honnête. Pour la commémoration de Mai 68, par exemple, ce serait une cerise sur le gâteau. Merci.

Vous l’avez compris, notre groupe ne votera pas ce budget.

La majorité conteste le chiffre que nous citons par rapport aux écoles de musique. Nos excuses si nous nous sommes trompés, nous enquêtons. Mme Agarrat pointe un autofinancement à plus 80 millions et non les 58 millions que nous avons évoqués, qui correspondent effectivement au résultat net dégagé de l’année dernière. Ce qui veut dire que nous pourrions financer un certain nombre de choses encore plus aisément, ou faire d’autres choix que ceux de la majorité. Nous sommes par contre choqués par sa réponse sur les Mineurs Non Accompagnés, que nous hébergerions « au détriment » des enfants français. Une belle solidarité.

Après des rapports sur les « Indemnités des conseillers départementaux et crédits attribués aux groupes d’élus », « Représentations du Département », « Don de jours de congés à un agent dont le conjoint ou l’ascendant est gravement malade », et le ‘Protocole financier et convention partenariale 2018-20″, nous en avons terminé avec le chapitre Finances et moyens généraux.

En matière des délégations Patrimoine, Développement Durable et Mobilités, nous avons entendu le Rapport d’activité 2016-17 de l’Agence Technique Départementale

A notre surprise, le Président Guilloteau a pris la parole pour commenter ce rapport et notamment le fait que c’est notre canton qui a le plus sollicité l’Agence Technique (‘comme quoi c’est souvent ceux qui se plaignent le plus’ qui sont les mieux traités). Alors, d’une, on n’a jamais prétendu que le canton n’était pas bien traité par les différents services, et de deux, lorsque Richard a souhaité réagir, le Président (qui a très bien vu la demande de parole) est passé au vote. Beau déni de démocratie.

Nous avons approuvé le projet de réalisation et le plan de financement du Bordelan, traité de diverses conventions sur l’aménagement du réseau routier, et voté le lancement de l’enquête publique du PENAP concernant la Plaine des Chères et coteaux. Ensuite, le fonds de solidarité pour le logement 2018 n’a pas suscité de débat.

Richard est intervenu pour le groupe sur l’Evolution du règlement des appels à projets concernant le Partenariat territorial (aides aux communes).

Monsieur le Président, chers collègues,

Nous en sommes à la troisième vague d’appel à projets dans le cadre du partenariat territorial, et fort de l’expérience des deux précédentes, ce rapport nous propose des simplifications, nous approuvons si cela va dans le sens de la fluidité et de la transparence de l’action. L’aide aux collectivités contribue à faire vivre chaque territoire.

Passer d’une logique de guichet à une logique de projet, c’est correct.

Rechercher la satisfaction des besoins de la population et l’égalité des citoyens par rapport aux services publics, c’est excellent.

Ce sont des annonces fortes qui ne souffrent aucun laisser-aller.

Les critères d’éligibilité sont clairs, le taux d’intervention du département est clairement défini, le plan de financement du projet doit présenter 20% de participation minimale du maître d’ouvrage.

Les conseillers départementaux du canton de la commune donnent leur avis. J’aurais rajouté : Après avoir étudié les dossiers, ils proposent le montant de l’aide et le justifient. Dans notre groupe, c’est déjà ce que nous faisons.

Ensuite, le comité d’engagement examine tous les projets. J’aurais préféré : Le comité d’engagement valide ou non les aides prévues par les conseillers.

J’ai une proposition de simplification à faire aux membres du comité d’engagement, qui ne sauraient évidemment pas être taxés de favoritisme puisque c’est exclu au deuxième alinéa de l’article 1 relatif à l’égalité des citoyens.

Si, lors de leurs délibérations, des précisions ou une argumentation sont nécessaires par rapport à un projet, un coup de fil ou une rencontre rapide avec les conseillers du canton concerné permettrait de vivre dans un monde de clarté bénéfique à tous.

Compliqué de discuter avec la majorité départementale. Le Président Guilloteau essaie de nous faire dire ce que nous n’avons pas dit. Il nous explique que notre canton est très bien doté (c’est mathématique au vu de la population) et se vante de traiter tous les cantons de manière équitable. Ben, heureusement ! Manquerait plus que ça !! Nous ne disputons pas le dispositif en tant que tel, mais l’opacité des décisions du comité d’engagement. Nous avons voté le rapport, parce que loin de nous de vouloir priver notre territoire de l’aide du Département. Nous souhaitons juste, si le comité d’engagement avait un désaccord avec nos arbitrages, qu’on puisse en échanger avant leur décision finale, au lieu qu’on l’apprenne, comme l’année dernière, dans un rapport de l’assemblée.

Pour information, l’appel à projets s’ouvre dès lundi, le 26 mars et les dossiers doivent être rendus pour le 18 mai.

Richard est également intervenu sur la Programmation 2018 en matière des ENS (Espaces Naturels Sensibles) :

M le Président, chers collègues

Puisque le code de l’urbanisme donne compétence aux départements pour mettre en œuvre une politique sur les espaces naturels sensibles, je souhaite attirer votre attention sur l’axe premier : Préservation et restauration de l’environnement et des paysages.

Avez-vous déjà vu le paysage, ou du moins ce qui en reste, quand certains forestiers procèdent à des coupes rases dans un massif boisé ? C’est Verdun après quelques jours d’obus de mortiers. Ou pour être davantage dans l’actualité, Alep.

Les bois non exploités restent souvent au sol, enchevêtrés, les chemins de débardages sont creusés et se remplissent de boue. La prise au vent fait que nombre d’arbres de forêts adjacentes se déracinent. Et nos beaux massifs ne ressemblent plus à rien. Ils sont pourtant sensibles.

Notre groupe souhaite et demande que le Département mette en œuvre une politique volontariste non pas pour empêcher les coupes – elles relèvent principalement du domaine privé- mais pour exiger que ces pratiques catastrophiques pour notre environnement cessent. Certains forestiers ne se comportent pas ainsi… le Département pourrait être moteur dans le partage de bonnes pratiques notamment envers les excités de la tronçonneuse.

Le Président Guilloteau, comme le Président de son groupe politique, sont plutôt d’accord avec nous. Colette Darphin, VP de la délégation, considère que c’est aux communes de prendre un arrêté, mais force est de constater que parfois les entreprises font fi de cette affaire.

Les rapports Education, Culture et Tourisme concernant les Archives départementales et métropolitaines, notamment l’accueil temporaire d’ouvrages de la Bibliothèque municipale de Lyon, et sur une Demande de subvention auprès de la DRAC par rapport à la future Médiathèque départementale ont été votés à l’unanimité.

Sur les Solidarités, aucune divergence d’opinion sur la Programmation départementale d’insertion 2017-18.

Par contre, sur l’Avis du Conseil départemental dans le cadre de la procédure de consultation sur le projet régional de santé Auvergne-Rhône-Alpes 2018-28, Sheila est intervenue comme suit :

Nous nous permettons d’intervenir sur ce rapport dont l’annexe synthétise le projet de l’ARS pour la décennie à venir.

N’ayant pas le projet en entier, nous essayons de deviner ce qui ne paraît pas dans la synthèse.

Et vous pouvez me croire, c’est d’une actualité brûlante.

Je voudrais vous parler d’un établissement qui me tient particulièrement à cœur et où je représente le Département en Conseil d’Administration, je nomme l’Hôpital de l’Arbresle.

C’est une petite structure, à taille humaine, qui résiste à la boulimie de groupements hospitaliers et autres cliniques privées massives, en développant des spécialisations et en devenant un centre d’excellence. Pour moi, pour notre groupe, c’est un modèle à suivre.

Son service d’addictologie a acquis une réputation bien au-delà de son territoire, et il fait un travail remarquable, dans la dentelle, pour aider ses patients à sortir de leur dépendance et à découvrir ou redécouvrir une vie libre de leur addiction.

 

Le Centre Périnatal, créé en 1998 après la fermeture de la maternité de l’Arbresle (pas faute d’accouchements mais parce que l’on ne trouvait pas de gynécos obstétriciens qui souhaitaient s’y installer) est un autre exemple de l’excellence à taille humaine. Il correspond parfaitement aux besoins des familles, alliant technicité (car l’accouchement se fait au plateau technique du Val d’Ouest essentiellement) et proximité (car les mamans reviennent à l’Arbresle pour le séjour postnatal, retrouvant ainsi l’équipe qui les a suivies en prénatal). Le taux d’allaitement à l’Arbresle dépasse de loin la moyenne nationale parce que les mères qui souhaitent allaiter peuvent rester au Centre le temps de la montée de lait, et sont bien entourées pour mener à bien leur projet d’allaitement, dont les bienfaits en termes de prévention ne sont plus à prouver.

Autrement dit, 2 jours au Centre ont un coût, mais représentent un investissement pour l’avenir.

Nous sommes en plein dans la proposition de « promotion des actions de soutien à la parentalité notamment en encourageant l’attachement parents-enfants », en l’occurrence dès les premiers jours.

Nous pouvons également cocher la case de l’accompagnement personnalisé des femmes enceintes dans un parcours gradué.
Dans les points de vigilance, le rapport parle du réseau Aurore, et le Centre en fait partie. Nous sommes ravis de la réaffirmation du développement des réseaux de périnatalité de proximité.

Quelqu’un m’expliquera donc pourquoi l’ARS a annoncé cette semaine la fermeture du Centre Périnatal sous sa forme actuelle, c’est à dire avec hébergement, à partir du 1er janvier 2019.

On parle souvent, en termes d’alternative, du modèle anglo-saxon, avec un retour précoce après l’accouchement. Mais ce modèle repose sur un suivi à domicile, et fonctionne surtout en milieu urbain.

L’isolement en milieu rural est une réalité avérée là où l’on suit ce modèle. Des restrictions budgétaires agrandissent progressivement le territoire à couvrir pour les visites à domicile, les visites s’espacent avec pour résultat l’abandon fréquent de l’allaitement en cas de difficulté, et un retard de détection des violences telles les bébés secoués ou maltraités, alors même que l’ARS souhaite lutter contre.

Pour ce qui est du rapport, nous sommes d’accord sur les points de vigilance soulevés dans le rapport, et vous demandons, chacun et chacune dans votre canton, de rester vigilants quant aux menaces qui peuvent peser sur vos structures de proximité.

Nous vous demandons aussi d’être à nos côtés puisque la nôtre a besoin de votre soutien.

Thomas Ravier, Vice-Président, a répondu qu’ils avaient eu l’écho contraire la semaine d’avant, et le Département reprendra attache avec l’ARS pour avoir des précisions (nous pensons qu’il y a confusion possible entre fermeture et arrêt de l’hébergement, en tout cas l’ARS en réunion avec l’Hôpital a annoncé l’arrêt de l’hébergement). Le Président a suggéré que notre groupe soumette un voeu pour la prochaine séance, et nous assure de son soutien en la matière.

Nous avons terminé par voter le soutien du Département du Rhône pour la création d’une Maison d’accueil hospitalière à l’hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône, ainsi qu’un cadre de référence pour maison d’assistant.e.s maternel.le.s

Un petit break pour que le public vide la salle des délibérations, et qu’on puisse démarer la commission permanente (séance toujours in camera). Nous sommes à votre disposition si vous avez des questions ou besoin de précisions.

Finances, ressources et moyen généraux

  • Domaine du logement social – demandes de nouvelles garanties d’emprunts
  • Dette et trésorerie – compte rendu des actes pris par le Président dans le cadre de la délégation qui lui a été donnée par l’assemblée départementale
  • Transformation de postes
  • Modalités de mise en oeuvre du compte personnel de formation
  • Réévaluation de la prestation de garde des jeunes enfants de moins de trois ans
  • Octroi d’une gratification lors du départ d’un agent à la retraite
  • Mandats spéciaux
  • Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises – exonération en faveur des librairies indépendantes de référence

Patrimoine, développement durable et mobilité

  • Plans locaux d’urbanisme des communes de Dième, Pomeys, Saint-Vérand et Saint-Clément-sur-Valsonne
  • Lancement de procédures de marchés en matière de mobilité
  • Petits travaux d’aménagement de voirie sur le réseau interurbain des cars du Rhône pour le compte du SYTRAL
  • Aménagement du réseau routier – divers conventions
  • Adhésion à l’Association pour la gestion indépendante des réseaux de transport public (AGIR)
  • Modalités amendes de police 2018
  • SAGE Est lyonnais – programme d’actions 2018
  • Plan de relance économique du vignoble Beaujolais – aides
  • Charte d’aménagement paysager des Côtes du Rhône – Adhésion du Département
  • Foncier – gestion patrimoniale
  • Certificat d’économie d’énergie

Education, culture et tourisme

  • Education – dispositifs de compensation tarifaire des demi-pensions
  • Education – lancement de procédures de délégation de service public pour la restauration
  • Musée gallo-rmain de Saint-Romain-en-Gal – Vienne – Renouvellement de conventions de partenariats culturels.
  • Culture – création d’une visite virtuelle de l’exposition 70 peintres du Département.
  • Culture – Renouvellement du partenariat avec l’association des Rescapés de Montluc – subvention à l’association des sites Le Corbusier – sortie du CA de l’EPCC Musée des Confluences
  • Subventions aux manifestations sportives et aux sections sportives des collèges
  • Subventions d’envergure locale 2018 (là-dessus, il n’y a plus de limite (si ce n’est le plafond de l’enveloppe) sur ce que peut donner un conseiller à une association ou autre établissement. Autrement dit, nous pourrions, mais ça ne risque pas, donner toute notre enveloppe à une école privée au détriment de tout le reste du territoire. Est-ce bien normal ?)
  • Subventions d’envergure locale et départementale

Solidarités

  • CAOM 2018 (convention annuelle d’objectifs et de moyens) entre l’Etat et le Département pour le co-financement des contrats aidés et des aides aux postes des bénéficiaires du RAS
  • Fonds social européen 2014 – 2020 – demande de subvention globale 2018-20
  • Remise gracieuse ADPA
  • Accueil familial des personnes âgées et handicapées
  • Fonctionnement en dispositif intégré des ITEP (Instituts thérapeutiques, éducatifs et pédagogiques).

 

 

Déneigement ?

Un joli manteau blanc a recouvert notre Département, et ses routes, dans la nuit.

Et au moment où la plupart de nos concitoyens devaient se rendre au travail ou à l’école, voire les deux, ils ont pu encore admirer de très près la neige sur les routes.

En effet, et malgré les prévisions météo qui annonçaient cet épisode neigeux, bon nombre de routes départementales n’ont pas été déneigées avant l’heure de pointe.

Sur le canton de l’Arbresle, de nombreuses plaintes exprimées sur les réseaux sociaux ou via les standards des Mairies, témoignent que la montée d’Eveux (route départementale) ressemblait pas mal au Super G de Pyeongchang, que les services ne sont passés que vers 10h30 à Chevinay, que la zone industrielle de la Pontchonnière était coupée de la D389 (qui est juste, disons-le, l’axe majeur du canton), laquelle était également difficilement praticable…

En commission finances au Département l’autre jour, nous avons discuté de ce problème précis lorsque le Vice Président Délégué à la Voirie, Didier Fournel, a exprimé son inquiétude face à un budget en baisse pour la maintenance des routes et pour la ‘viabilité hivernale’ (salage, déneigement). Sheila a abondé, étant au courant d’un courrier adressé par le Maire de Valsonne au Président du Département, qui faisait état de difficultés de circulation du fait de passages moins fréquents et plus tardifs des services voirie du Département.
La réponse du Président ? « Le Département n’a pas à payer la décision des gens de s’installer à Valsonne ». Sheila a demandé en séance publique, avec ironie, s’il y avait une carte de ces territoires de seconde zone, où on n’avait pas le droit de vivre… mais plus sérieusement, le Département a une compétence à exercer sur les routes, et il doit le faire pour tout le territoire. Certes, il faut prioriser les grands axes, d’où notre étonnement vu l’état ce matin de la D389.

Nous avons écrit à Didier Fournel ce matin pour faire remonter les mécontentements qui nous sont exprimés.

Comme nous l’avons dit en séance publique, la majorité départementale a arrêté le transport à la demande, a réduit sévèrement la desserte en car, de sorte que la voiture individuelle reste le seul moyen de locomotion dans certains coins (notamment ruraux) des différents cantons. Si maintenant les routes ne sont praticables qu’entre le printemps et l’automne…

Et si, pour permettre des économies à un Département, qui dégage un résultat positif de 58 millions d’euros en 2017, on asphyxie le tissu économique, qu’aurons-nous gagné à la fin ?

Séance publique du 27 février 2018

Tout d’abord, nous vous retrouvons après une petite trêve puisque les précédentes séances publiques ont été essentiellement d’ordre technique et n’appelaient pas de commentaire particulier de notre part.

Aujourd’hui, par contre, c’était le débat d’orientation budgétaire, qui tombe à mi-mandat. Même si nous n’avons pas encore le détail du budget, les grandes lignes de la politique de la majorité ont été présentées. Vous pouvez retrouver l’intégralité de la présentation de Mme Christiane Agarrat, rapporteur du budget, sur le site du Département (www.rhone.fr).

Mais les grandes lignes sont les suivantes :

– taux d’évolution des dépenses de fonctionnement fixé à 1,2% annuel (variable en cas de variation de population par exemple)
– diminution du besoin de financement (emprunt)
– plafonnement de la capacité de désendettement
– 58 millions d’euros en résultat de clôture 2017
– stabilisation de l’allocation RSA en 2018
– poursuite de soutien aux EHPAD (rénovations etc)
– forte incertitude sur le nombre de mineurs non accompagnés (MNA)
– aide envers associations dont les bâtiments de l’aide sociale à l’enfance vieillissent
– poursuite des travaux de rénovation et de restructuration des collèges
– de nouvelles constructions (MDR Genas et Brignais, centres techniques)
– avec OPAC, rénovations de logements
– développement du numérique, notamment avec la dématérialisation de certains services
– programme de développement rural et plan d’accompagnement du vignoble beaujolais
– protection du patrimoine natural (nouveau périmètres pour les ENS) et de l’eau (SAGE de l’est lyonnais)
– remise à plat du dispositif de dotation aux collèges
– étude prospective sur dimensionnement des collèges, réorientation de l’aide au numérique
– culture : schéma d’éducation culturelle, renforcement avec partenariats avec territoires
– tourisme : réorganisation et nouvelles orientations
– développement du sport scolaire, aide aux associations, promotion de la randonnée
– partenariat territorial reconduit, enveloppe supplémentaire pour aide spécifique à la petite enfance (crèches, MAM etc)
– voirie : service de viabilité hivernale optimal, renforcement de la sécurité routière
– mobilisation des fonds structurels européens
– ressources humaines – effort de rationalisation se poursuit
– développement de politique de promotion et de valorisation des personnels.
– encours de la dette stable (un peu plus de 350 millions d’euros, dont 83% à taux fixe)
– pas d’augmentation des impôts

Tout n’est pas négatif ! Mais en réponse Sheila est intervenue comme suit au nom de notre groupe :

Monsieur le Président, chers collègues,

Nous remercions Mme Agarra pour sa présentation qui est, comme toujours, extrêmement claire et complète. Ceci dit, et elle n’y est pour rien, il y a comme un sentiment de déjà vu.

Pourquoi ? Parce que vous avez fixé une ligne en début de mandat, et nous reconnaissons volontiers votre cohérence avec cette ligne au fil des budgets qui se succèdent.

La ligne, c’est de faire des économies pour désendetter le Département et dégager de la capacité d’investissement. Chacun ici, tout bord confondu, est dans le même cas dans sa commune. Nous n’aurons pas la mauvaise foi de contester la nécessité de le faire. Mais le diable étant dans le détail, nous attendons de voir la présentation du budget prévisionnel pour apprécier (ou pas) comment vous comptez procéder, où vous comptez économiser, et où vous comptez réinvestir.

Pour rester donc sur les grandes lignes que vous évoquez, vous parlez d’aborder 2018 avec sérénité, mais ce n’est pas le cas de ces enfants, les mineurs non accompagnés, qui n’abordent ni 2018, ni les années suivantes avec une quelconque mesure de sérénité, si nous ne les accompagnons pas. A force de parler en sigles, avec les RSA, les PMR, les MNA, on arrive parfois à oublier les drames humains qui se cachent derrière les lettres. Nous préférons parler d’enfants sans parents. D’enfants perdus, sans repères, sans aide. Et nous pensons qu’on peut difficilement trouver mieux à faire avec 8 millions d’euros, voire 13 millions l’année prochaine, que de les consacrer à ces enfants.

Ceci dit, il est évident que, tout comme vous, nous déplorons le fait que l’Etat n’accompagne pas davantage les Départements là-dessus. Il serait peut être envisageable de faire un vœu à cet effet, pour demander que la dotation de l’Etat soit abondée pour prendre en compte la hausse significative de cette dépense. Si vous en êtes d’accord nous le rédigerons pour le prochain Conseil, et nous vous le transmettrons à l’avance pour que vous puissiez le réécrire en partie et le présenter comme étant le vôtre, tout comme vous avez fait pour les emplois aidés. ☺ Mais l’important est d’avancer et nous sommes une opposition constructive…

Chercher des économies, nous l’avons dit, c’est nécessaire. Mais pas à tout prix. Dans le chapître Ressources Humaines, il est question de « réinterroger les modalités d’emploi et le mode de gestion des services. Je n’aime pas parler de charge salariale, ça fait un peu ‘fardeau’, je dirais donc que les dépenses liées à la masse salariale sont certes importantes -97 M d’€- mais n’oublions pas que nos agents rendent des services à la population. Ce qui est quand même notre raison d’être. Vous vous félicitez des économies réalisées et projetées du fait de la réorganisation des services, mais nous n’avons pas suffisamment de recul pour en connaître l’impact ni sur nos propres agents, ni sur nos concitoyens. Car si on suit la logique à l’extrême, pour faire beaucoup d’économies, il suffirait de réduire à néant l’offre de services. Nous ne pouvons pas penser que cela soit votre idée, mais vigilance svp.

Vous vous êtes désengagés du transport à la demande et avez contraint les EPCI à le prendre à leur charge, alors que vous reprochez à l’Etat de nous faire la même chose avec les enfants non accompagnés. Il aurait été possible de maintenir ce service pour ceux qui en ont vraiment besoin, tout en serrant les boulons sur les critères d’attribution pour ceux qui en abusaient.
En même temps vous avez liquidė ou réduit nombre de services de car. Nous nous demandons donc comment une personne pas véhiculée peut se déplacer maintenant dans certaines parties des différents cantons. Même pour les véhiculés ça risque de devenir compliqué puisque, lorsqu’on a évoqué en commission finances certains problèmes concernant la viabilité hivernale, vous avez dit que ‘le Département n’a pas à payer la décision des gens de s’installer à Valsonne’. Les habitants apprécieront… Mais est-ce que cela sous-entend qu’il y a des territoires de deuxième zone ? Peut-on en avoir la carte ?

Vous vous êtes désengagés des MJC et des centres sociaux, avec un discours plutôt réducteur par rapport à leur rôle, les laissant avec un trou dans les recettes que les communes sont condamnées à combler, faute de quoi des actions de culture et d’éducation populaire risquent de disparaître. Vous auriez très bien pu associer les MJC en tant que partenaires privilégiés pour porter un certain nombre d’actions culturelles ou en matière de prévention, à destination notamment des collégiens.

Ce ne sont que quelques exemples où un regard purement comptable des lignes budgétaires obère le lien social si vital dans nos territoires semi-ruraux et ruraux.

Pour résumer, trouvons des économies là où nous pouvons. C’est nécessaire. Mais n’oublions pas pourquoi nous sommes là. Pour rendre un service public de qualité, partout sur notre territoire.

Pour conclure la séance, nous avons voté à l’unanimité un voeu relatif au maintien du Tribunal de grande instance de Villefranche-sur-Saône.