Fleurissement

Parmi les quelques délégations et représentations que la majorité a bien voulu nous confier, figure le jury du Fleurissement. Si vous pensez qu’il suffit de mettre quelques géraniums dans une jardinière pour être labellisé, je vous conseille de lire un peu plus loin. C’est beaucoup plus complexe que ça ! En effet, l’aspect fleurissement pur ne représente que 30% de la note attribuée à telle ou telle commune. Pour l’aspect ‘organisation’, c’est une association 1901, ‘Rhône Fleurissement‘ (le Conseil Technique pour le Fleurissement du Rhône) (www.rhonefleurissement.fr) qui a reçu délégation du Conseil général de l’époque, pour le développement du fleurissement dans les villes, les villages et les maisons, pour sensibiliser les rhodaniens à l’embellissement de leur Département. D’autres départements ont confié ces missions aux Comités départementaux de Tourisme.  C’est d’ailleurs Rhône-Alpes Tourisme qui attribue les fameuses fleurs tant convoitées… sur recommandation des jurys départementaux. Il y a 6 catégories de communes : <600 habitants, 601-1500 hab., 1501 à 5000 hab., 5001 à 15000 hab., 15001 à 30000 hab. >30000 hab. Les communes candidates sont évaluées par un jury d’arrondissement et ensuite par le jury dont j’ai fait partie aujourd’hui. Nous avons visité 4 communes (Juliénas, Lamure sur Azergues, Le Bois d’Oingt et Courzieu). Des collègues élus en ont vu d’autres hier et avant-hier. Les critères d’évaluation sont pondérés et portent sur : Patrimoine paysager et végétal

Le cadre végétal (typologie, diversité)

– arbres, arbustes et arbres à fleurs/fruits – vivaces, plantes durables – prairies, parcs, jardins, pelouses…

Fleurissement

– quantité, qualité, diversité variétale, harmonie des couleurs – plantes saisonnières, parterres fleuris, bacs, suspensions, murs végétaux, mosaïques, rocailles, treillages, plantation en pleine terre…

Cadre de vie et développement durable

Préservation de l’Environnement

– gestion de l’eau, l’assainissement – tontes, traitements – tri des déchets – sauvegarde des espaces naturels, des vergers, qualité des rivières

Valorisation du cadre bâti

– propreté – qualité, entretien, valorisation du bâti, façades – réseaux, antennes, enfouissement des lignes – voiries – mobilier d’extérieur – maîtrise des enseignes publicitaires

Animation et valorisation touristique

– participation des habitants – actions de sensibilisation scolaire – jardins familiaux – actions incitatives (concours local, manifestations) – équipements sportifs, espaces pour enfants – stratégie de promotion touristique

Voyez qu’on est loin de la bagarre entre les bégonias et les primevères… En tout cas aujourd’hui sur le petit échantillon que nous avons vu, on a pu admirer la formidable diversité des communes rhodaniennes, aussi bien dans leur territoire que dans leur approche, leur implication, leur réflexion. Evidemment je ne vous donnerai pas les notes que nous avons attribuées, mais il y a eu des choses vraiment très sympas et d’autres moins. Chaque note est motivée, des commentaires ont été notés pour expliquer les marges de progression pour chaque commune. Nous félicitons en tout cas tous les bénévoles (en particulier) qui se dévouent pour le cadre de vie de leur commune.

Un nuage sur l’horizon. Le Département a décidé de sabrer le budget de l’association qui assure, pourtant, une mission pour le Département comme je l’ai dit plus haut. Cette association emploie une personne à plein temps et finance les récompenses des différentes communes. Sinon, les jurys sont composés de bénévoles. Autrement dit, c’est une organisation peu onéreuse au vu du travail accompli (en dehors des ‘tournées’ de jury les bénévoles doivent se libérer aussi pour des formations et des réunions avec les échelons nationaux pour assurer une cohérence dans les grilles d’évaluation… et ils proposent un service de conseil auprès des communes candidates).  La subvention de l’année dernière s’élevait à 40 000 euros. C’est à dire un peu plus de 175 euros par an et par commune du nouveau Rhône. Cette année, elle a été coupée de 50%. On est à la recherche d’un arrangement avec la Métropole pour permettre son fonctionnement sur 2015. Et quid de 2016 ? N’aurons-nous plus de Rhône Fleurissement ? Dirons-nous aux bénévoles que leur travail ne vaut pas 175 euros par an ? Un travail sur l’image de leur vill(ag)e ? A mon avis, ce n’est pas cher payé.

Quelques preuves en photo de ce que ce label suscite chez les communes que nous avons vues aujourd’hui, via ce lien.

Sheila McCarron

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s