De l’antiquité à nos jours

La commission permanente et l’assemblée plénière du Département du Rhône ont eu lieu ce matin à St Romain en Gal, anciennement un quartier résidentiel de ‘Vienna’ du temps des Romains. Nous étions à l’intérieur de cet excellent musée de l’antiquité, et nous avons eu droit à une petite visite rapide entre la CP et la plénière.

La CP s’est déroulée sans heurts, les rapports ayant été vus en commission thématique la semaine dernière.

Par contre, la plénière a été (l’amphi)théâtre d’échanges autour d’un certain nombre de sujets.

La dernière fois que nous nous étions réunis, nous avons voté une aide fourragère aux agriculteurs. Evidemment notre groupe n’allait pas voter contre, mais nous avions regretté le fait que le Département, de manière unilatérale, conditionnait le versement de l’aide à un co-financement des EPCI (communautés de communes et d’agglo). En tout, Bernard Chaverot a posé la question 3 fois au Président Guilloteau, publiquement, pour savoir comment cela allait se passer, sans réponse véritable… Il a donc ‘sauté sur l’occasion’ d’un rapport sur un partenariat avec les organisations agricoles pour demander comment s’était passée la réunion avec les Présidents d’EPCI lundi de cette semaine.  En préambule, Bernard a dit que la situation est préoccupante notamment pour les producteurs de lait, que ce n’est pas sûr que leur cas s’arrange en 2016, que le climat est imprévisible, mais le prix du lait l’est beaucoup moins… et que certains agriculteurs ne passeront pas l’hiver. Solidarité paysans, qui aide des agriculteurs à trouver la meilleure rentabilité possible à leur structure et à restructurer les dettes éventuelles, accompagne plutôt une quarantaine d’exploitants par rapport à la trentaine d’il y a 2 ans… Pour revenir donc aux EPCI, on voulait savoir donc s’ils étaient tous d’accord pour mettre la main dans la poche.

M. Guilloteau a répondu que l’agriculture est un pilier de notre Département, que la plupart des cantons sont concernés, Que le Département verserait 1,5 Millions en part fixe pour les moins de 62 ans, avec une majoration pour les jeunes agriculteurs etc (ce que l’on savait déjà). Que le million restant était à mutualiser avec les EPCI. Nous sommes dans l’attente de la liste des agriculteurs qui en font la demande, via la chambre d’agriculture. Apparemment M. Mercier, pour le COR (nord et ouest du département), serait prêt à dégager 300 000 euros, ce qui a permis à M. Guilloteau de dire que l’on ne comprendrait pas que d’autres n’y aillent pas. La clé de répartition est à trouver ensemble.

C’est quand même facile que d’imposer une charge à un EPCI et puis de lui faire porter la faute s’il n’a pas les moyens de l’assumer… Bernard Filaire du groupe centriste a dit aussi qu’il y avait un problème avec la méthode, et qu’il ne fallait pas que les EPCI servent toujours de variables d’ajustement. Du coup le Pdt Guilloteau invite les syndicats à aller voir les EPCI !

Il y avait un rapport sur l’aide du Département à l’Organisme Mondial de la Santé, qui a une antenne de recherche dans le Rhône. Le rapport préconisait une somme pour cette année mais annonçait que le Département retire ses billes en 2016. Plusieurs interventions ont suggéré que ce serait bien d’enlever cette phrase, Bernard Chaverot a suggéré que c’est plutôt au moment du DOB (débat d’orientation budgétaire) qu’on décide ‘où l’on va et où l’on ne va plus’ mais le Président a tenu à ce que le rapport soit voté en l’état.

La première DM (décision modificative) du mandat était, aux dires du VP des finances Pf-effer, plutôt technique que politique. Nous avons fait remarquer qu’entre les dépenses d’investissement (grands projets) qui sont ré-échelonnées, et la perte d’aides d’Etat pour ces mêmes travaux, l’écart n’est que de 500 k€ et que c’est peut être dommage de se passer de ces projets structurants pour si peu. On a demandé où on en est des emprunts dits toxiques. Ces emprunts structurés auront un impact considérable en 2016 encore. Notre contentieux avec les  banques est maintenu, ainsi qu’un dossier de demande de fonds de soutien. Le but étant de ‘sécuriser la dette’.

Pas du tout à la même échelle en termes de montant, mais sur le principe, Sheila McCarron avait demandé en commission spécialisée qu’un dossier qui préconise la mise à disposition d’un véhicule pour le Président soit tout simplement retiré.  Le rapport étant maintenu, elle est intervenue pour dire qu’à un moment où beaucoup souffrent de la perte du Transport à la Demande, notamment les bénéficiaires des minima sociaux, l’idée de ‘filer une bagnole’ à un Député/Président de Département ne faisait que renforcer la mauvaise image de la politique aux yeux de nos concitoyens.

M. Guilloteau a dit adorer les interventions de Sheila, qui sont toujours (sic) ‘dénuées de tout réalisme’. Ses réponses à lui sont toujours dénuées de tout rapport avec la question posée par contre, puisque nous avons eu droit à une litanie sur les abus de la Région en matière de chauffeurs. Sheila a souhaité répondre mais le Président avait annoncé le vote et le débat était clos…. une manière d’avoir le dernier mot, certes, mais peu élégante.

Ce n’est pas la première fois que le Président parle de la Région en réponse à une question ou une remarque de Sheila. C’est à se demander s’il sait qu’elle n’y siège plus… en tout cas nous pensons qu’il y a matière à nous occuper au Département sans se préoccuper d’une autre instance. Ou peut être que cela se calmera après le mois de Décembre…

Pour poursuivre votre lecture sur le sujet, un billet de blog ‘perso’ par Sheila.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s